Clash Back

par

Nous sommes le 19 septembre 2017. L’Equipe, ce quotidien sportif soit disant sérieux, a décidé de se transformer en rapporteur de cour d’école en publiant une première page à peine racoleuse. On y voit Neymar et Cavani, se toisant, le regard noir, avec comme titre LE CLASH.


On imagine très bien qu’il est question ici de cette histoire de penalty que Junior a voulu tirer à la place du Matador et que ce dernier a raté, ou plutôt que le gardien de l’OL a détourné sur la barre d’une superbe parade. Bref une banale histoire d’égo entre deux GRANDS joueurs comme on en voit tous les jours dans les GRANDS clubs, n’en déplaise à la France d’en bas.

Alors si l’Equipe est un journal récidiviste en la matière, cela ne nous empêche pas de constater une fois de plus l’incroyable manque d’originalité de ces braves gens, pour ne pas dire leur mauvaise foi intellectuelle. On en viendrait presque à être blasé tellement c’est la routine. Sans doute que ça fera vendre du papier, obligatoirement.
Mais pourquoi tant de facilité. D’autant qu’il y a un vrai exercice de style à tenter avec un titre pareil. Alors Virage va essayer de se lancer dans cet exercice périlleux façon freestyle.

Ça a toujours accouché de chefs d’oeuvre

Le Clash, vous vous souvenez ? C’était surtout un album de remixs du duo Denisien Suprême Nique Ta Mère. Un sympathique groupe de rap qui, si il effrayait la bourgeoise il y a 25 ans, apparait aujourd’hui comme une valeur sûre de la chanson française. La France, ce pays décidément toujours en retard.

Et justement en terme de clash, l’actualité c’est aussi le Suprême qui se reforme. Back dans les bacs pour les 20 ans de l’album Suprême NTM et pour une tournée des stades en mode « j’ai la taxe d’habitation et la taxe foncière à payer en décembre ». On ne leur en voudra pas trop vu que, même à 50 piges, ils feront bien mieux que la moitié des rappeurs français d’aujourd’hui, et tout ça sans vocodeur.

Vous le voyez arriver le parallèle ?
Joey Starr serait-il notre Neymar Jr et Kool Shen notre Edinson Cavani ?
Pas impossible. Joey a toujours eu une grande gueule et Kool un côté « chacun chez soi et les moutons seront bien gardés ».

Pour aller encore plus loin, la rivalité entre deux caractères opposés, ça a toujours accouché de chefs d’oeuvre.
Des exemples ? Il y en a plein : McCartney et Lennon, Jagger et Richards, Noel et Liam Gallagher, Ice Cube et Eazy E, Booba et le reste du monde, Jul et sa conscience…
Alors pourquoi ça ne s’appliquerait pas au football qui collectionne les têtes de noeuds et les caractères de merde ? Et si ce clash était bon signe pour le PSG ?

Paris sous les bombes

Mais revenons aux traits de caractère commun avec NTM si vous le voulez bien.
Lorsque Edi refuse de donner le ballon à Junior, il espère que le message est clairTouche pas à ma musique semble-t-il indiquer à la starlette brésilienne. Alors y’a des odeurs de soufre ou pas ? La réponse est non. D’une part car c’est lui qui tire tous les pénos depuis un an. D’autre part y’a pas débat vu ses stats en la matière. Et puis il est encore là, prêt à foutre le souk et tout le monde est cor-daPreuve en est : qui revient défendre et dégager le ballon de la tête devant Depay juste après la frappe lyonnaise sur la barre ? C’est Kool Cav’, pas Joey Junior. Comme si le Matador demandait à tout le monde Qui paiera les dégâts ?

Et qui marque le premier but parisien d’une superbe talonnade ? Libérant ainsi tout un stade qui acclame son héros et sa traditionnelle célébration j’appuie sur la gâchette ? Edi qui vise juste bien sur.

Alors quelle gratitude de la part de Neymar ? De la part du Staff ? A priori c’est Antero qui va régler le problème entre les deux étalons. Tant mieux si Nasser reste pour une fois à sa place. Les moutons seront bien gardés on vous dit. Car tout n’est pas si facile, tout ne tient qu’à un fil.

Allez Pose ton Gun Edi. Respire Junior. L’Equipe et tous ces charognards qui veulent la peau de notre crew n’ont qu’un refrain en tête : qu’est ce qu’on attend pour foutre le feu. Ne leurs donnez pas de munitions. L’argent pourrit les gens sans doute, mais vous êtes au dessus de tout ça car Paris est sous les bombes médiatiques. Je vous propose de retourner vers votre Benz et de vous serrer la main dans le parking du Parc pour que ça sonne funk. Pas l’moment d’abandonner, faut tout donner afin de changer les donnés, It’s underground o’clock, le glock va détonner.

Le monde de demain vous appartient les gars, même si ça emmerde l’ancien régime, l’Axe Bavarois-madrileno-catalan. Et la vieille France aussi.

Boom Bang.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Découvrez les articles de