Oh! mon Virage

par

« Oh mon Virage »… Ce titre est évident, il aurait pu être le premier de la série. Cela aurait été trop évident ! Il sera donc le troisième, après les Ultras, après les Tambours. Que serait un Virage, sans ses Ultras, sans leurs Tambours…
Ce titre validé, il reste à en définir le contenu.

Virage étant le thème du site, écrire un article « Oh mon Virage » paraît de suite moins évident, les possibilités étant infinies et le sujet tellement vaste.

Virages, d’accord, mais pas n’importe lesquels, les nôtres, amoureux du Paris Saint-Germain, ceux que nous avons tant aimés, mais parfois aussi détestés, ceux que tous les réfractaires aux Rouge et Bleu ont aimé détester, ceux qui ont fait déplacer les foules quand nos joueurs ne savaient plus les retenir. Ceux dont le peuple des fidèles étaient là bien avant l’heure, et intransigeants jusqu’à la dernière seconde. Le nôtre, diront les anciens Viragistes ou Kobistes. Ceux là mêmes vous diront qu’il n’y a plus de Virage, bien que leur nom s’affiche toujours en grand à l’entrée, comme pour indiquer aux chalands d’un soir qu’il pénètre dans un vestige sacré.

Virage, ça pourrait être des centaines de dates, chacune pouvant être décrite avec sa palette de joies, de pleurs, de bruits, d’odeurs,… Si nous devions n’en retenir qu’une, chacun d’entre nous aurait son avis, avec son ressenti, en lien avec son histoire personnelle, ou avec celle du Paris SG, certainement les deux liées. Notre beau site Virage a encore de beaux jours devant lui. Pour ma part, dans ce billet, je n’en retiendrai qu’une, celle qui aura tout particulièrement marqué les esprits, peu après le pire, effaçant d’un trait le meilleur, et par la même occasion les fresques du passé. Notre cathédrale est devenue sanctuaire. Peinture blanche sur les légendes. Brassard noir sur l’Histoire.

Parisiens à jamais. Abonnés plus jamais ?!

Tout avait commencé plusieurs heures avant le coup d’envoi. Une manifestation pacifique partit depuis la Porte d’Auteuil, jusqu’au Virage du même nom. Fait rarissime, un cortège à domicile, composé d’un millier d’âmes en peine faisant entendre leur colère et leur désespoir à travers les rues solennelles du 16ème arrondissement. Longue procession vers cette fin annoncée, désormais certaine, à laquelle nous n’arrivions pas à croire mais qui était inéluctable. « Parisiens à jamais. Abonnés plus jamais ?! ».

Virage Auteuil - PSG/OM - 25 janvier 2003
Virage Auteuil – PSG/OM – 25 janvier 2003

Puis vint le match, dans une ambiance surréaliste, pas celle d’une dernière journée de championnat classique, mais plutôt celle d’un jubilé. Ce soir là point de joueur à célébrer, la seule gloire à fêter était celle de nos Virages, envoyés à la retraite anticipée au bout des 90 minutes. Une sorte d’apothéose funeste. La 75ème minute fut celle du bûcher. Le Virage Auteuil s’embrasa, des dizaines de fumigènes furent lancés au pied de la tribune, comme une offrande aux mécréants et par la même occasion un hommage à tous nos disparus. Tout au long du match, des chants tels des cantiques s’envolèrent dans le ciel parisien, accompagnant notre chemin de croix avant la sortie. Notre ultime sortie. La résistance utopique des damnés des Virages.

Cette nuit d’un samedi soir peu ordinaire, il était aux alentours de minuit lorsque les derniers supporters évacuèrent les lieux, sous le regard discret des forces de Police, effacées comme lors des derniers mois, et sous l’œil compatissant de certains stewards, les rares qui peineront à appliquer les futures mesures ultra-répressives qui s’appliqueront dès la saison suivante dans l’enceinte de la Porte de St-Cloud. Il était certainement un peu plus de minuit. On ne s’en rendait plus compte. Depuis le coup de sifflet final de l’arbitre, le temps était suspendu, l’horloge s’était arrêtée. Nous étions morts, mais malheureusement encore bien vivants. Les zombies de Paris.

Il a perdu une partie de son histoire

Quelques minutes plut tôt, ou peut être quelques heures, le Paris Saint-Germain Football Club avait perdu son dernier match de la saison, contre Montpellier, dans son propre jardin, sur sa pelouse du Parc des Princes. C’est bien plus qu’un match qu’il a perdu ce soir là. Il a perdu son âme. Il a perdu son cœur. Il a perdu une partie de ses couleurs. Il a perdu une partie de son histoire. Il a perdu une partie de son identité. Il a perdu une petite partie de ce qui lui donnait vie. Il a perdu une grande partie de ce qui donnait du sens à la nôtre.
15 mai 2010. La date est nécrologique. Kop Of Boulogne. Virage Auteuil. Reposez en paix. Une autre idée du Paris SG. 1970 – 2010.

Virage Auteuil - PSG/Racing Club de Strasbourg - 22 juillet 2000
Virage Auteuil – PSG/Racing Club de Strasbourg – 22 juillet 2000

La date est historique. Il y a eu l’avant 15 mai 2010. Il y aura l’après 15 mai 2010. Le calendrier de milliers de fans du Paris St Germain restera à jamais axé sur cette date. Ainsi, nous sommes dans l’an 6 après le 15 mai 2010. Les apôtres des Virages n’avaient qu’à bien se tenir. L’Emir a fait le ménage. Saint Nicolas avait bien savonné la planche. Pas de cadeau pour les fidèles. Les titis parisiens n’ont pas été sages…

Une sortie de Virage,
sans airbag ni gilet de sauvetage

La date est symbolique. Orchestré par un conglomérat politico-sécuritaire, plus d’une dizaine de milliers de sympathisants Rouge et Bleu furent cloués au pilori, sans aucune forme de procès. Une sortie de Virage, sans airbag ni gilet de sauvetage. Aujourd’hui les virages n’en ont plus que le nom. La roue a tourné. Leurs nouveaux propriétaires ont racheté les murs, ont refait la déco, ont annoncé que tout les locataires étaient les bienvenus, mais le montant du loyer n’est plus le même, et les règles de copropriété ont fortement changé.

L’expropriation sous prétexte sécuritaire n’avait qu’un seul but, installer des colons milliardaires amis de nos hautes autorités. Ce soir de mai 2010, les gueux parisiens ont été chassés de chez eux, pour qu’une colonie de l’oncle Sam puisse fructifier son capital en faisant affaire avec des Princes du désert, sous l’œil bienveillant d’une loge présidentielle agissant tel un marionnettiste de haut vol. Le maître des désillusions élyséennes aura eu raison du peuple des Virages, nos dernières illusions étant pulvérisées d’un coup de Karcher, la racaille des tribunes nettoyée dans un lessivage globalisé. L’histoire a parfois des instincts primaires. On se venge comme on peut…

Kop Of Boulogne - PSG/OM - 26 octobre 2002
Kop Of Boulogne – PSG/OM – 26 octobre 2002

Pour certains, cette date est juste la fin d’une saison. Pour d’autres, ce fut tout simplement la fin d’un monde. La fin de leur monde. Les bannis du 15 mai 2010 n’ont pas tous réagis pareils. Beaucoup ont juré qu’on ne les y reprendrait plus. Ils ne sont plus jamais revenus. D’autres ont migré latéralement, désormais assis juste là, à quelques dizaines de mètres, mais dans leur cœur si loin de leur Virage, qu’ils n’osent même plus regarder. Enfin, quelques irréductibles ont choisi de rester dans leur tribune, par habitude, par choix économique aussi, et surtout par décision aléatoire, Auteuil et Boulogne n’étant plus un territoire que l’on choisit pour la vie mais un « virage » réduit à un verdict de loterie en plein été. Pile, vous serez à Auteuil. Face, ce sera Boulogne.

Oh mon Virage, miroir sociétal d’un malaise contemporain, tu as été sacrifié par une bande d’ignorants incompétents adeptes du « il fallait bien faire quelque chose, il y a eu deux morts tout de même, regarder comme c’est mieux maintenant, on peut venir avec nos enfants… », cette forme de bien-pensance qui justifie tout, notamment la répression absolue, et n’explique rien, ni les causes, ni les conséquences, surtout ne pas toucher aux intérêts supérieurs, travestis aux yeux de tous en mesure d’intérêt public.

Ici on respire Rouge et Bleu

Oh mon Virage, mon beau Virage. La rage ronge mon cœur, te voir ainsi devenu, mirage miséreux d’un passé merveilleux. Qu’es-tu devenu ? Hier si festif, aujourd’hui si silencieux. Tu es toujours là, mais tu as disparu. Oh mon Virage, tes couleurs, tes odeurs, tes frayeurs, tes bonheurs, ta ferveur, tes malheurs, ton honneur, tes vaillants serviteurs, tes valeurs, tes pleurs, nos sueurs, O’Brother, tes admirateurs, tes détracteurs, tes moqueurs, tes chambreurs, tes fumeurs, tes siffleurs, tes pères fondateurs, tes persifleurs, tes rouleurs, tes joueurs, tes chanteurs, tes chapardeurs, tes craqueurs, tes vieilles gardes, tes enragés, tes No Man’s envahis, tes zones agitées, tes coursives animées, tes locaux habités, ta fosse et tes rouleaux, tes grilles et tes filets, tes bâches et tes banderoles, ton béton, nos peintures, ton histoire, notre passé…

Virage Auteuil - PSG/AC Milan - 20 février 2001
Virage Auteuil – PSG/AC Milan – 20 février 2001

« L’Ame du Paris SG, c’est les supporters, pas les actionnaires », aimaient proclamer les résidents du Virage Auteuil. En décembre 2003, ils annonçaient fièrement « Ici on respire Rouge et Bleu », le Kop de Boulogne ajoutant en septembre 2006 avant un PSG – OM: « Ici bat le cœur du Paris SG ». Lors d’un PSG – Milan AC de Ligue des Champions, en février 2001, le Virage Auteuil s’auto-proclamait l’« Avenue de la Fidélité », rappelant à tous le 25 janvier 2003, en Coupe de France contre l’OM, que « 100% fait-main, l’authenticité ultra ne s’achète pas ».

Le même soir, le Kop de Boulogne était au diapason, affichant tout le long du KOB sa propre devise: « Notre Histoire Deviendra Légende ». Des tigres mystiques affirmaient un soir de dixième anniversaire en mai 2003 « L’Avenir est à Nous ». Ils disparurent trois ans plus tard. Les prémices d’une fin annoncée ? Les plus avertis répondront à l’affirmative. Le 10 février 2007, pour leur quinzième anniversaire, avant un choc contre Monaco, des faucons de Lutèce philosophaient ainsi: « Qu’importe le temps qui passe, quand perdure la passion ». Ce sont finalement eux, premiers résidents du Virage en 1991 (avec leurs voisins Supras et Dragons), qui auront le mot de la fin, ce 15 mai 2010, en lettre blanche sur une banderole noire.
« This is the End… »

Kop Of Boulogne - PSG/OM - 10 septembre 2006
Kop Of Boulogne – PSG/OM – 10 septembre 2006

La vie est ainsi faite, les bannis d’un jour sont les sauveurs du lendemain. Suite à une grâce présidentielle Qatari, des ultras parisiens regroupés en collectif ont eu récemment autorisation au dialogue afin d’envisager leur retour. La chose n’est pas bien vue chez les pontes de la Police ou dans certains bureaux du club, mais on ne refuse rien à nos amis Qataris. Les girouettes médiatiques, fidèles à elles-mêmes, se sont réjouies du retour des Ultras, félicitant l’initiative après avoir traité ces mêmes pseudo-supporters de tous les noms depuis six ans, démontrant ainsi toute leur méconnaissance du sujet.

L’avenir est à eux

Ainsi, depuis quelques semaines, un noyau de plusieurs dizaines d’anciens Ultras du Paris Saint-Germain ont désormais droit de cité et peuvent se regrouper au sein du Virage Auteuil, sans être contraints par les barrières de l’aléatoire. Ils ont même le droit de chanter, d’utiliser leur tambour, d’agiter leur drapeau et d’arborer quelques deux-mâts à leur effigie. Plus d’un millier de suiveurs ont rejoint ce collectif, lui permettant d’avoir un certain poids dans la balance des négociations. Gardons-nous toutefois de qualifier d’Ultra ces jeunes supporters. Leur route est encore longue avoir d’en acquérir la vraie mentalité. Souhaitons-leur juste de pouvoir un jour le devenir. La première pierre a été posée, mais leur Virage est encore long à reconstruire. L’avenir nous le dira. L’avenir est à eux…

Dans Virage, il y a Vie, il y a Rage. Voici deux bonnes bases sur lesquelles s’appuyer. Gageons que ces nouveaux locataires du Virage Auteuil sauront redonner la vie et la rage à leur tribune et au stade Rouge et Bleu tout entier. La rage de vaincre aux joueurs du Paris SG, la rage de chanter et de supporter ses couleurs, la rage de faire vivre ce Parc princier, la rage de ces six années perdues, mais la rage de reconstruire intelligemment sans ne rien oublier…
La prochaine banderole sera peut être celle-ci: « Paris SG Fans: To Be Continued… »

Virage Auteuil - PSG/OGCN - 11 décembre 2016
Virage Auteuil – PSG/OGCN – 11 décembre 2016

Les photos sont utilisées avec l’aimable autorisation de Seulement Paris
www.seulement.paris
sans-titre-1

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Découvrez les articles de