Pourquoi je suis supporter

par

Ma passion pour le PSG, je l’ai chantée, je l’ai hurlée, je l’ai pleurée mais je ne l’avais encore jamais écrite ! Qui sait, peut être qu’un jour je la peindrai…


Bon allez c’est parti, allons fouiller dans cette mémoire de poisson rouge. Rouge et bleu bien sûr !
Le Paris Saint Germain, je l’aime pour l’équipe, pour le Parc des Princes, Pour Paris, et pour Pierre Ducrocq !


Commençons par le Parc des Princes. Pfff.. Le Parc quoi !
Quand je viens au Parc, j’arrive toujours par le côté Boulogne, rue Reinach.
Voir apparaitre les grandes arrêtes du Parc, depuis 20 ans, ça me file toujours autant la gaule !
Ma première fois au Parc, c’était en 1996. Je me souviens de la seconde précise où j’ai posé le pied sur la dernière marche qui menait à ma tribune. Cette seconde où j’ai basculé dans cette cathédrale à ciel ouvert. Une cathédrale dans laquelle on peut chanter faux pourvu qu’on chante fort. Une cathédrale dans laquelle il n’y a que des frères et 11 élus.

Le plus beau stade de France

Bref ce premier rencard avec le Parc, c’est un vertige de ouf et en même temps une chaleur incroyable. Comme un gros câlin coincé entre Rabesandratana et Mario Yepes. Oui ça pique un peu…

On dit que la première impression est souvent la bonne. Pour le coup, cette première impression ne s’est jamais démentie.
Pourtant en 20 ans, on ne va pas se mentir, je n’ai pas vu que des 4-0 contre Barcelone…
Mais en toute objectivité, le Parc, notre Parc, c’est non seulement le plus beau stade de France mais aussi sans doute l’un des beaux stades du monde.

The Church

J’ai promené ma voix de casserole dans pas mal de stades en Europe et ailleurs mais je n’ai jamais retrouvé ça. Je ne serais pas surpris d’apprendre que le Parc a été construit par des gens qui aimaient vraiment le foot. Pour avoir fait à peu près toutes les lettres de l’alphabet, c’est hallucinant à quel point aucune place n’est pourrie au Parc.
Et l’acoustique ? Quand les virages poussent, on se croirait à la salle Pleyel ! ça doit être un kif tellement énorme pour les joueurs de jouer sur cette pelouse.

Une collection d’ambassadeurs magnifiques

Les joueurs justement.
En 20 ans, j’en ai vu un quelques uns pour qui notre beau maillot était trop grand mais heureusement j’ai aussi en mémoire une collection d’ambassadeurs magnifiques.
J’ai tripé sur les dribbles et le toucher de balle de velours de Jay Jay.
Je me suis prosterné devant la classe de Raí.
J’ai rêvé de partir à la guerre avec Gabi Heinze. Le mec avait tout. Le talent, le physique, le mental et même une belle gueule ! J’aurais bien aimé l’avoir au Camp Nou, lui…
J’ai jubilé devant le talent de Marco Simone, même s’il méritait aussi quelques pieds au cul.

La jeunesse au pouvoir

J’ai vu Ronaldinho faire l’amour à 11 joueurs devant 60.000 personnes. Mais je pourrai dire que j’ai vu jouer Ronnie jouer en vrai tout simplement. Des moments tellement rares. Dans tous les sens du terme d’ailleurs. N’est ce pas Luis ?!!
J’ai vu un aigle des Açores qui aimait son maillot autant que moi !
J’ai admiré la vision du jeu et l’étonnante maturité d’Arteta.
J’ai été admiratif du jeu de tête défensif de Captain Déhu. Le mec prenait tous, tous, tous les ballons !
J’ai halluciné sur le jeu de tête offensif de Madar. Ok, le pauvre n’avait pas grand chose d’autre.
J’ai vu un chat guyanais jouer gardien de but. Quel régal c’était de voir jouer ce mec quand j’y repense.

Un putain de joueur de club !

Et puis j’ai applaudi et vénéré, n’ayons pas peur des mots, la hargne et l’esprit club d’un certain numéro 23, Monsieur Pierre Ducrocq. J’aurais du mal à vous expliquer pourquoi mais j’ai tout de suite adoré ce joueur.
On avait presque le même âge alors peut être que je me suis identifié. Pierrot, c’était un milieu défensif. Un vrai bosseur, dur sur l’homme, qui ne lâchait rien. Un putain de joueur de club !

Le rêve de tout un chacun

Mais ce n’était pas juste un joueur de l’ombre. Il avait du talent. Si mes souvenirs sont bons, il a même été sélectionné à l’époque des sélections A’.
Mais c’était aussi et surtout l’enfant du club. A cette époque, j’avais l’impression qu’aucun autre joueur ne méritait autant le maillot rouge et bleu que lui. C’est l’époque de ce face à face légendaire avec la danseuse italienne du Vieux Port, cette salope de Ravanelli.
Malheureusement il a éclos pendant les années où le club n’était pas au mieux et il n’a pas eu la carrière qu’il méritait…

Paris a enfin l’équipe qu’elle mérite

Ma passion pour le PSG est aussi intimement liée à ma passion pour Paris, ville lumière.
Je n’ai pas attendu l’arrivée des qataris pour aimer le PSG mais faut reconnaitre que Paris a enfin l’équipe qu’elle mérite. Une équipe élégante, vaillante, fière, multiculturelle, qui varie le panache et la bravoure, les paillettes et le bleu de chauffe.

On dit que les parisiens sont râleurs ? C’est vrai et c’est pour ça que Verratti est notre chouchou.
On dit que les parisiens sont fiers ? C’est pas faux, et c’est pour ça qu’on kiffait Ibra.
On n’a pas non plus que des défauts. Les parisiens ont prouvé il y a 2 ans, au moment des attentats, qu’ils étaient aussi formidablement solidaires. C’est pour ça qu’on scande « Cavani » dans les tribunes. Mais quel bonhomme sur un terrain ce mec ! Tout le contraire du numéro 9 égoïste.

Et puis Paris c’est la ville de la mode. Depuis toujours, on a le plus beau maillot du championnat. J’aime le PSG comme j’aime Paris. J’ai grandi avec lui et je l’aime depuis si longtemps que j’ai l’impression que je lui pardonnerai toujours ses petites erreurs. Même s’il y en a une qui me reste un peu en travers…

C’est l’âge d’or du 4-4-2

Bon allez maintenant je vous raconte un de mes plus grands souvenirs de match.
Nous sommes le 24 octobre 2000. Phase de poule de la Ligue des Champions. (NDLR : PSG-Rosenborg)
Pour se remettre dans le contexte, c’est l’âge d’or du 4-4-2 et l’avènement des milieux défensifs dans un nouveau rôle. Les fameux pistons comme on les appelait. Vous savez, les 6 et 8 qui devenaient des numéros 10 à tout faire. En théorie, le jeu moderne de l’époque devait partir des milieux défensifs. Ils étaient donc sensés être capables de défendre, relayer, mener, transmettre, attaquer, marquer.

Et allez savoir comment, à ce moment-là, nous venons de recruter, à mes yeux, 2 des meilleurs joueurs au monde à ce poste : Stéphane Dalmat et Peter Luccin. La puissance de l’un et la finesse de l’autre. Une doublette que tous les clubs auraient dû vouloir nous racheter à prix d’or !
Ces 2 mecs symbolisent à eux seuls tous les mystères des carrières ratées dans le football. Quand tu vois le talent qu’ils ont en 2000 et le parcours qu’ils ont eu ensuite… Tristesse.

Saint Pierre

Bref ce jour là, c’est un match de poule mais couperet.
Et dans notre équipe, nous avons Anelka, Laurent Robert, Dalmat et Luccin, Christian mais nous avons aussi Algerino, Rabesandratana, Mendy, Distin
Et les mecs nous sortent un match de galactiques, bien aidés par les remplaçants Ducrocq et Laurent Leroy qui marque avec une merveille de balle piquée.
Un score fleuve comme on en a rarement vu dans cette compétition. 7-2 !!!
Le Parc était dans une euphorie dingue. Tout le monde riait nerveusement. Faut dire qu’on n’était pas vraiment habitués…
Ce match reste gravé dans ma mémoire parce que j’y ai vécu une joie démente, une de mes premières très grandes émotions au Parc et que j’avais rarement été aussi fier de mon équipe. On avait un groupe composé de stars naissantes et de voisins de palier mais ça marchait.

Aujourd’hui, Le Parc a changé, l’équipe a changé mais ici, ce sera toujours Paris.
Et tant que je pourrai aller poser mon derche dans les tribunes du Parc, le PSG pourra compter sur mon indéfectible voix de casserole ! Allez Paris ! Allez PSG !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Découvrez les articles de