Affrontons la réalité

par et
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Depuis hier, à 12H17 précisément, une chose est sûre, évidente, et c’est une certitude pour tout le monde… 
LE PARIS SAINT-GERMAIN EST POISSARD.


Finir premier de son groupe pour tirer le double vainqueur du titre : Champion mon frère !
Franck Ribery doit briller de ses milles dents à l’heure qu’il est. Lui et sa clique iront au Besiktas se qualifier tranquillement pour les quarts de finale. Même si l’Allemagne compte une forte communauté turque prête à supporter le club d’Istanbul, je ne suis pas sûr que la Bavière leur ouvre les portes de son stade.

Mais trêve de considérations post-traumatique-historique.
Il suffisait de voir la moue désabusée d’un Jean-Claude Blanc essayant de masquer tant bien que mal son agacement pour comprendre que pour beaucoup, la messe est déjà dite. l’UEFA va se payer une belle affiche et une grosse audience pour les 8ème. Et accessoirement se débarrasser d’un prétendant un peu encombrant, pour lequel elle n’a jamais vraiment montré une sympathie quelconque.

Puisqu’on parle de l’Europe, soyez-en sûr, tout le continent attend la nouvelle gamelle de la bande à Emery. Après le 6-1 catalan, le PSG est devenu le Benny Hill du foot. Sur tous les plateaux TV d’Espagne ou d’Angleterre on se délecte d’avance. On a déjà commencé en étalant les mauvaises statistiques d’Unai face au Real, ou du fait que le chéquier parisien ne suffirait pas pour battre une institution comme la maison blanche. Vaste plaisanterie collective. On rigole en se tapant le bide. Question gros bide, Javier Tebas, le président de la ligue espagnole, va pouvoir en remettre une petit giclée sur le PSG-Bashing, lui qui commençait à s’essouffler.

On a vendu notre âme au diable

Autant vous dire que chez nous, il ne fallait pas espérer mieux. Peu sont ceux qui apportent des signes de soutien. Ah si, finalement Jean Michel Aulas. Ce dernier a appelé Nasser suite au tirage pour lui rappeler que le dernier club français à avoir éliminé le Real, c’était l’Olympique Lyonnais. Tout en précisant qu’il n’avait pas l’effectif du PSG à l’époque. Merci Jean-Michel, une fois de plus, tu es l’ambassadeur de la classe à la française. L’aigreur en plus.

Vous savez quoi ? Ça me donne envie d’y croire. Je doute effectivement qu’on puisse ridiculiser CR7 et consort à Bernabeu, mais au retour on n’aura rien à perdre. L’honneur on l’a déjà perdu au Camp Nou, on a déjà vendu notre âme au diable, on est à la croisée des chemins, on n’a plus de respect pour personne, à commencer par nous mêmes. Cristiano ne vaut pas plus que Memphis ou Valère. De toute façon il n’aura besoin de gagner QUE la Coupe du Monde pour gratter son sixième ballon d’Or.

Fred Hermel, fidèle socios Ch’ti du Real estampillé Radio Bière Foot, juge que le Real sera physiquement au dessus et qu’ils seront préparés comme jamais pour cette double confrontation. Et alors ? Qui ne l’est pas à ce niveau de la compétition. Sauf que le retour il est au Parc, dans notre cathédrale. Je ne vous donnerai pas les statistiques du PSG à domicile en C1, les chiffres je m’en cogne, les chiffres c’est pour Unibet ou les non croyants. Ça sert à rassurer les faibles.

La petite fiancée de la France

De toute façon le seul chiffre qui compte c’est le 27. Parce que c’est un chiffre divin. Pour celui là seulement je peux faire une exception arithmétique. La preuve ici : rappelez vous le fameux soir du 18/03/1993. Le soir de Casque D’Or. Et cette saison on les joue au retour le 06/03/2018. Regardez bien : 1+8+0+3+1+9+9+3 = 34 OK ? A présent : 6+3+2+0+1+8 = 20. Vous suivez toujours ?
Nous avons donc une confrontation entre le passé avec le chiffre 34 et le futur avec le chiffre 20. Hors 3+4 = 7, et 2+0 = 2. La magie des chiffres place cette rencontre sous le signe du 27, le chiffre de l’élu, qui marquera à coup sûr dans un Parc hurlant son nom comme le sauveur. CQFD.

Et puis cette année le maillot du Real ressemble beaucoup trop à celui de l’OM. Doit-on y voir un lien de cause à effet avec Zinedine Zidane ? C’est probable. Zinedine, la petite fiancée de la France, l’homme dont le portrait remplacera celui de Johnny au dessus de toutes les cheminées. Zinedine, sache que si le PSG est le club le plus détesté de l’hexagone (encore une réalité), il va l’être encore plus quand il t’aura sorti de la C1. Car si l’Espagne en 2006 rêvait de te mettre à la retraite, le PSG en 2018 va te mettre au chômage.

Voilà, alors pour paraphraser un célèbre auteur latéral belge (encore vivant lui), j’ai envie de crier « Mais bordel un peu d’optimisme c’est possible ? ». Mais j’ai surtout envie de vous livrer cette très belle citation d’un grand peintre espagnol. « Pour moi, peindre un tableau, c’est engager une action dramatique au cours de laquelle la réalité se trouve déchirée » (Pablo Picasso).

Alors faites nous plaisir Edi, Junior, Kylian, JAVIER… Déchirez-nous le Real. Car l’antonyme de la réalité c’est le fantasme, l’hallucination, le mirage, le rêve. Mais surtout n’en parlez à personne avant. Car Paris n’a jamais été aussi meilleur que dans le rôle de la victime désignée.


Xavier Chevalier
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Découvrez les articles de et