Guts & DJ Suspect

par

C’est dans un restaurant près de Châtelet qu’on retrouve le volubile GUTS.
Producteur, Beatmaker, DJ, l’ancien d’ALLIANCE ETHNIK s’est depuis lancé dans une carrière solo et compte déjà 5 albums à son palmarès. Il nous a donné RDV avec
DJ SUSPECT, avec qui il collabore, pour parler PSG et musique.
Avec le même enthousiasme qui caractérise le bonhomme sur scène.


Si on commençait par parler NBA. Tu en penses quoi du deal avec Jordan ?
Guts : Ce qui me fascine avec le PSG, c’est cette puissance marketing, toutes ces idées pour vendre des maillots ou autre… J’ai l’impression que c’est parfois plus important que le sportif. Et ça me dérange un peu. Donc pas fan de ce maillot. Je l’achèterai pas.

DJ Suspect : Moi je trouve que c’est le symbole du football moderne. Quel club européen n’est pas là dedans ? Et puis suis aussi fan de NBA, j’adore ce maillot, je trouve que le logo déboite.

Ça suffit pour gagner la C1 ?
Guts : Y a un truc qui me rassure, c’est que souvent lors de nos précédentes campagnes européennes on a commencé flamboyants. Et à chaque fois on se faisait taper. Mais là, ce côté poussif de mecs qui n’écoutent pas les consignes de l’entraineur… Mbappe qui reste devant sans défendre ! Pourquoi il aurait le droit lui, à 19 ans, avec les cannes qu’il a ? Tout ça me donne de l’espoir. Plus ça va aller, plus ils vont écouter Tuchel, que je trouve absolument délicieux. On va passer de justesse pour les 8ème et les choses sérieuses vont commencer.

Tu penses qu’on va se qualifier ?
Guts : Oui. Je pense qu’on va taper Naples et Liverpool au Parc.

C’est quoi ton prono pour le match retour à Naples ?
Guts et DJ Suspect : 1-O pour Paris.

Tu penses sincèrement que Tuchel peut changer les choses ?
Guts : Oui, ça va prendre un tout petit peu de temps mais il va finir par les sensibiliser, leur donner cette niake qui leur manque. Ça passe par casser les égos.

Tu vois un parallèle avec le métier de producteur musical non ?
Guts :  Grave. Trouver un équilibre, une harmonie, un intérêt commun et collectif pour un projet qui est plus important que chaque individualité… En fait c’est l’histoire qu’on va raconter qui est importante. Pas celle que que tu raconteras tout seul avec ton petit nombril, et avec tes pieds. Il faut faire comprendre aux artistes que l’intérêt général c’est le projet, le résultat final. Quand tu sors un album il est là pour l’éternité. Il est là l’objet. Si tu gagnes la C1 en collectif c’est pour l’éternité.

Tu fais gaffe lorsque tu planifies tes tournées, de vérifier le calendrier des matchs ?
Guts : Oui, dès que j’ai les dates, je « chine » pour vérifier si ça ne tombe pas sur un gros match.

Tu faisais pareil avec Alliance Ethnik ?
Guts : Le problème c’est que j’étais un peu le seul à être vraiment fan de foot, K-Mel était un peu connecté quand même. Mais aujourd’hui quand je suis en tournée avec le groupe, j’essaye de trouver des stratagèmes pour regarder les gros matchs.

DJ Suspect : Ça m’est arrivé de faire durer plus longtemps mon set en première partie pour lui permettre de regarder les matchs !

Guts : Par exemple la veille de la finale de la coupe du monde cette année, je jouais à Londres. J’ai dit à mon booker de prendre des billets qui me faisaient arriver en France, 5 heures avant la finale histoire de pas la rater. On ne sait jamais avec les retards d’avion, les annulations… Je voulais pas être coincé dans un avion. Ça m’est arrivé lors de Brésil-Suisse à l’aéroport de Genève. On a été bloqué 4 heures sur le Tarmac. Tout le monde a branché son écran pour mater le match sur le tarmac ! Mais bon Brésil-Suisse ça va encore… Imagine la finale.

Ton actualité musicale c’est quoi ?
Guts : Dans une semaine je rentre en studio pour enregistrer mon prochain album ! Avec une direction artistique complètement différente. Je me mets un peu en danger en faisant un projet afro-tropical, avec un nouveau Live Band, de nouveaux musiciens et des invités. Parce c’est ce que j’ai envie de faire en ce moment. L’album sortira le 29 mars 2019 ! Et puis on fera une petite tournée au printemps puis une plus grande après. Mon actu c’est aussi Pura Vida Sounds qui est un sous label de mon label principal Heavenly Sweetness. On va sortir des albums et des compilations dont une avec DJ Suspect.

Comment commence ton histoire avec le PSG ?
Guts : C’est simple. J’ai habité 17 ans juste à côté du Parc des Princes. J’entendais résonner le Parc dans ma chambre les soirs de grands matchs. Plus tard je suis allé au Parc en tribune Boulogne. Et puis aujourd’hui ce qui est marrant, et ce sont vraiment les coïncidences de la vie, c’est que mon ami artiste Mambo, avec qui je collabore depuis 8 ans pour mes pochettes d’album, a comme agent le directeur du merchandising du PSG ! Donc grâce à lui j’ai la possibilité d’aller au Parc quand je suis de passage à Paris. Et puis je suis bien-sur un fan de foot, j’ai des origines italiennes… J’ai été en club à l’ACBB à Boulogne, j’ai joué aussi dans le 16ème et puis c’est vrai que le foot a toujours été présent dans ma vie, j’ai toujours suivi.

Un joueur t’a marqué au PSG ?
Guts : Bizarrement, car il n’est pas resté longtemps, c’est Ronaldhino. Weah aussi mais Ronnie plus. C’était un peu le côté conte de fée. La puissance du joueur, la rapidité. J’ai moins cette sensation de conte de fée avec Neymar par exemple.

DJ Suspect : moi c’etait Raí.

Et dans le PSG d’aujourd’hui ?
DJ Suspect : Cavani.

Guts : Di Maria. Le touché de balle, les contrôles, les fulgurances… Il a quelque-chose de particulier dans sa façon de conduire le ballon. Mais il est tellement imprévisible et irrégulier. Contre le Napoli il fait un match dégueulasse malgré son but. Et Verratti aussi. Un peu pour les mêmes raisons. Dans ma sensibilité footballistique, ce sont les deux joueurs qui ressortent. J’ai envie de croire en eux à chaque match. Finalement ils sont à l’image du PSG. Irréguliers. Capable du meilleur comme du pire. Ils ont leur match, leurs humeurs.

DJ Suspect : Par contre quand ils sont dans leur jour ils sont imprenables.

Comme tout supporter tu as du avoir des hauts et des bas avec le PSG ?
Guts : Ouais, j’ai pas vu l’arrivée de QSI d’un bon oeil. J’avais l’impression qu’on vendait notre âme au diable. Avec les années Canal, ça restait quand même des investisseurs d’ici, passionnés par le cinéma et le football. Et puis ça a été les meilleures années du PSG d’un point de vue européen. Le but de Kombouaré… J’aimerais le rencontrer pour lui en parler.

Guts, on sait que tu es aussi fan du Barça. Vrai ?
Guts : Et oui, j’habite aujourd’hui en Espagne (ndlr : à Ibiza). Figure-toi que j’étais au Camp Nou pour la Remontada, 10 mètres derrière Enrique. Et au Parc pour le 4-0. Ce qui est marrant c’est que lorsque j’étais au Parc, j’étais pour le PSG car j’avais envie que le Parc vibre. Mon coeur penchait pour Paris. Super match. Et au retour j’étais plus du côté catalan pour les mêmes raisons et pour qu’il se passe quelque-chose d’historique. C’était absolument incroyable.

Si cette année Paris et Barcelone se retrouve en finale, tu es pour qui du coup ?
Guts : Comme c’est sur terrain neutre ce sera pour le PSG. Souvent je suis pour le plus petit et comme le PSG n’a jamais gagné la C1… Et puis on peut se dire que si jamais le PSG la gagne cette année, je propose qu’on se retrouve dans le même restau, à la même table, au mois de mai et on fait péter le champagne !



Xavier Chevalier

Laisser un commentaire

Découvrez les articles de