Oh! Parisiens, Allez Allez…

par

« Écoutez chanter, écoutez chanter, écoutez chanter les Parisiens,
et surtout ne dites rien !! PSG allez, PSG allez, PSG allez allez allez, PSG allez allez. »


Pas de karaoké pour les initiés. Que les profanes fassent silence. Et qu’ils profitent. Puis suivent le rythme. Les chœurs s’époumonent. Les cœurs s’emballent. « Chanter pour Paris, oui c’est ça la vie !!! » Devant votre écran, je vous entends déjà fredonner… alors lâcher tout !! « P.A.R.I.S. Paris. Paris. Paris… »

« Let’s Go, [Clap, clap clap clap clap], Let’s Go [Clap, clap clap clap clap] Let’s Go !!! »
« Qui sommes-nous ? Les gens veulent le savoir ! Qui sommes-nous ? Nous sommes supporters du PSG, rien ne pourra nous arrêter, Rouge et Bleu les couleurs de notre cœur, Allez Paris gagne pour nous les ultras, lo lo lo, lo lo lo, lo lo lo lo… ». Qui sommes nous ? Et Pourquoi ? Beaucoup aimerait le savoir. « Oh mamma mamma mamma, oh mamma mamma mamma, sais-tu, pourquoi, mon cœur bat Rouge et Bleu ? J’ai vu jouer Paris, j ai vu gagner Paris, et c’est, pourquoi, mon cœur bat Rouge et Bleu !! » Ce chant nous provient des napolitains, fervents croyants et fans de Maradona. Ceux là n’ont en revanche jamais chanté Aristide Bruant et n’ont jamais croisé Nini Peau d’Chien à la Bastille. « Au Parc des Princes, on aime bien le PSG, ils sont si forts et si sportifs, on aime bien… Qui ça ? Le PSG ! Ou ça ? Au Parc des Princes… ».

Nous sommes tes soldats, ta fidèle armée

Une histoire d’amour, assurément. Une fidélité à toute épreuve, éperdument. « Oui c’est toi l’amour de ma vie, tu es mon amour infini, partout où tu iras, je serai toujours là, car mon cœur ne bat que pour toi Paris !! » Une histoire d’une vie, évidemment. Et les Beach Boys chantaient Sloop John B… « Depuis de longues années, on marche à tes cotés, c’est du Rouge et du Bleu qui coulent dans nos veines, alors pour toujours, jusqu’au dernier jour, PSG, nous sommes tes soldats, ta fidèle armée, oho, oho, ohooooo, ohooooo… ». Partout, tout le temps, par tous les temps. « Allez Paris, toujours Paris, où tu es, nous sommes là, tu ne seras jamais seul, car nous deux c’est pour la vie. » Et plus.

« Allez, allez, Allez le Paris SG, Lo lolololo lo lolololo lo lolololo lo lo, Allez, allez, Allez le Paris SG, Lo lolololo lo lolololo lo lolololo lo lo… »

Il fut un temps, alors que certains au Virage Auteuil s’essayaient aux mélanges « Boire de la rebiés, fumer des tarpés, chanter pour Paris, oui c’est ça la vie !! », d’autres au Kop de Boulogne marquaient leur territoire en reprenant The Pogues et leur Dirty Old Town… « Supporter du Paris Saint-Germain, une chope de bière, toujours à la main, reste debout, défend ses gradins, en Rouge et Bleu, il n’a peur de rien. »
Irish spirit. Scottish Anthem. Parisian Mood. « Ô Ville Lumière, sens la chaleur, de notre cœur, vois-tu notre ferveur, quand nous marchons près de toi, dans cette quête, chasser l’ennemi, enfin pour que nos couleurs, brillent encore. » Ô Fleur d’Écosse… des envies d’indépendance, et de révolution.

Celle-ci nous provient d’Italie. Bella Ciao, Bella Ciao, Bella Ciao… « Oh Parisiens, oh Parisiens, oh Parisiens allez allez, oh Parisiens, allez, oh Parisiens [clap clap] allez allez [clap clap] oh Parisiens, allez allez, lo lo lo looo, lo lo lo looo, lo lo lo, lo lo lo, lo, lo, lo, lo, Oh Parisiens [clap clap] allez allez [clap clap] Oh Parisiens, allez allez. » Une fierté, une appartenance. « Si t’es fier d’être Parisien frappe dans tes mains [clap clap clap] Si t’es fier d’être Parisien frappe dans tes mains [clap clap clap] Si t’es fier d’être Parisien, si t’es fier d’être Parisien, si t’es fier d’être Parisien frappe dans tes mains, [clap clap clap] Si t’es fier du PSG, frappe dans tes mains [clap clap clap] Si t’es fier du PSG, frappe dans tes mains [clap clap clap] Si t’es fier du PSG, si t’es fier du PSG, si t’es fier du PSG frappe dans tes mains, [clap clap clap] Paris, [clap clap clap] Paris [clap clap clap] Paris [clap clap clap] Paris !! »

Ensemble nous somme invincibles…

Un dévouement, une soumission. « Nous sommes les Parisiens [clap, clap, clap, clap] Et nous chantons en chœur [clap, clap, clap, clap] Nous sommes les Parisiens [clap, clap, clap, clap] Fidèles à nous couleurs, lo lo lo lo looooo, lo lo lo lo lo loooo, lo lo lo lo lo looooo, lo lo lo lo lo loooo, Nous sommes le Parisiens… »

« Allez Paris, allez [Clap clap clap clap clap], Allez Paris, allez [Clap clap clap clap clap], Allez Paris, allez ».

Mon pays, c’est Paris !! « Ensemble nous sommes invincibles, unis par la même passion, de notre virage terrible, s’élèvent en chœur nos chansons, en Rouge et Bleu allez, en Rouge et Bleu allez, en Rouge et Bleu allez, en Rouge et Bleu allez. » Notre stade, notre patrie. « Nous n’irons jamais à Saint-Denis, c’est au Parc que l’histoire s’écrit, nous sommes Rouge et Bleu pour la vie, notre amour s’appelle Paris, en Rouge et Bleu allez… » Un Virage, notre chienlit. « Allez Paris SG, vous êtes notre fierté, vous allez enflammer, ce stade de légende, et du Virage Auteuil, s’élèvera en chœur, d’une voix phénoménale, cette chanson capitale, La, la, la, la, la la, la, la, la, la, la la… » De Milord à Padam, la môme Piaf savait exprimer ses émotions. Nos émotions. « Paname Paname Paname, lo lo lo, lo lo lo, lo lo lo, Paname Paname Paname, lo lo lo, lo lo lo, lo lo lo » plus vite, plus vite « Paname Paname Paname, lo lo lo, lo lo lo, lo lo lo, Paname Paname Paname… »

Georges Brassens, dans son genre, n’était pas mal non plus. Sa chanson La Mauvaise Réputation aurait pu être écrite pour des supporters tellement ses paroles en sont une proche description. La version parisienne est plus soft : « Un seul club dans notre coeur, Paris SG c’est notre honneur. Partout où il va, nous le suivons. Rien n’arrêtera notre passion. Nous sommes les ultras de la capitale, et notre ferveur est inébranlable, Allez Paris, Paris SG, Allez Paris, Paris SG, Allez Paris, Paris SG, Allez Paris, Paris SG ». Des garçons de mauvaises réputations, mais à la fidélité infaillible. Encore. Toujours. « Et on supporte Paris, seulement Paris SG, dans le malheur ou dans la gloire, fidèles à nos couleurs. » Il parait que l’union fait la force. Cet adage, pas toujours vérifié, fut un temps chanté haut et fort. « Debout sur la tribune tous ensemble on va chanter, c’est ce soir tous unis que le virage va crier, PSG allez, PSG allez, lo lo lo lo looo lo lo lo lo… »

Elle est surtout puérile et folklorique

Union et force, Yannick Noah y connait quelque chose, n’en déplaise à Luis. « Oba kaka bona ! Boya tata yéyé ! Boya tata yo ! Boya tata yéhé ! Yéyéyé yéyéyé yéyéyé yéyéyééééé. Si vous voulez gagner, jouez comme des guerriers, faîtes les trembler, soyez sans pitié ! Yéyéyé, yéyéyé, yéyéyé, yéyéyé… ». Le Stade du Roi Baudoin, ex Heysel, a tremblé. « Ce soir, nous allons chanter, la victoire, la victoire, ce soir, nous allons chanter la victoire du PSG ohé. Ça c’est Paris !! ». Certains la raillent ou la dénigrent, mais ils ont bien tort !! « Et elle est où, et elle est où, et elle est où la Coupe d’Europe ? Et elle est où, et elle est où, et elle est où la Coupe d’Europe ? Et elle est où, et elle est où, et elle est où la Coupe d’Europe ? A Paris à Paris à Paris, à Paris à Paris à Paris, à Paris à Paris à Paris, oh, à Paris !!! ». Ce soir du 8 mai 1996, comme beaucoup d’autres, les supporters de la Capitale ont pu s’enorgueillir en chantant à tue-tête « On vient, on gagne, et on s’en va !! »

« PSG PSG PSG, PSG PSG PSG, PSG PSG PSG, oh PSG.
PSG PSG PSG, PSG PSG PSG, PSG PSG PSG, oh PSG !! »

L’échange suivant résonne régulièrement dans les travées du Parc, comme un message adressé aux marseillais : « Nous nous sommes du PSG, c’est notre plus grande fierté, Marseille c’est des e—–s, c’est leur plus grande qualité, quand notre équipe va marquer, tout le stade va s’enflammer, du virage va s’élever, la chanson du PSG… La, la, la la la la la La, la, la la la la la. La la, la la, la la la la la La, la, la la la la la. Nous sommes l’armée du PSG, rien ne pourra nous arrêter, Et l’OM c’est des –, les Ultras des e—–s, tous ensemble pour la victoire il faut chanter. La, la, la la la la la La, la, la la la la la… « 

La grande qualité des marseillais est souvent saluée par les fans parisiens. Cet ennemi que l’on adore détester. Il y est question de Bonne Mère, de Canebière, de passage par derrière, de ville en flamme, d’hémophilie, de danser la samba, de tricher, d’égouts, de boue, de rats, d’hissez haut, de blaireaux, de couilles à pendre, de prostitution, de filiation, … Certains esprits limités se contentent malheureusement de chanter ses chants simplets au premier degré. Mais si la provocation est parfois insultante, elle est surtout puérile et folklorique. Chacun lâche comme il peut ses instincts primaires. « Qui ne saute pas est marseillais ! Hé ! Qui ne saute pas est marseillais ! Hé !! ».

C’était comme une lecture aléatoire

Quand les « Paysans, paysans, paysans » veulent chambrer les gars de la Capitale, ils s’amusent à ronronner un « On entend plus chanter les parisiens, on entend plus chanter les parisiens… ». Mais « Ici c’est Paris, Ici c’est Paris,… » et quoi qu’il arrive, chaque personne étant déjà venue une fois dans l’antre parisienne a déjà tremblé de plaisir en écoutant solennellement l’échange suivant, d’un virage à l’autre: « Allez Paris ! Allez Paris ! Paris est magique ! Paris est magique ! Allez Paris, allez PSG ! Allez Paris, allez PSG ! Allez Paris ! Allez Paris ! Auteuil est magique ! Boulogne est magique ! Allez Auteuil, allez PSG ! Allez Boulogne, allez PSG ! lo lo lo lo lo lo lo, lo lo lo lo lo, lo lo lo lo lo lo lo, lo lo lo lo lo lo. Allez Paris, Allez Paris SG !! Allez Paris, Allez Paris SG !!! » Instant nostalgie. Que celui qui n’a jamais eu la chair de poule en chantant ou en écoutant cette vibrante réciprocité lève la main. Pour les autres, alors enflammez-vous en entonnant un « Paris Saint-Germain, tout le virage avec toi, Paris Saint-Germain, tout le virage avec toi Paris Saint-Germain, tout le virage avec toi Paris Saint-Germain, tout le virage avec toi, ohé !! Paris Saint-Germain… »

« Allez allez, le PSG allez, ne jamais rien lâcher, toujours encourager, le PSG allez ». Avenue de la Fidélité. Une vertu non usurpée. « Pour Paris Saint-Germain, je ferai n’importe quoi, pour Paris, Saint-Germain, lo lo lo lo, lo lo lo lo, lo lo lo lo, pour Paris, Saint-Germain. » Sans peur, mais avec beaucoup de reproches !! « Et Rouge et Bleu Paris SG, allez allez allez, et tous ensemble on va chanter, allez allez allez, Allez Paris, allez Paris, allez Paris Paris Paris, Allez Paris, allez Paris, allez Paris Paris Paris. Eeeeetttt Rouge et Bleu Paris SG, allez allez allez… » Cela ne doit pas se faire sans certaines contreparties. Les joueurs aussi ont des devoirs!!  » Allez Paris allez, Allez Paris SG, Tu es notre fierté Pour nous tu dois gagner ».

Un match au Parc des Princes, c’était comme une lecture aléatoire de Spotify, playlist Ultra !! Quelques morceaux de musique classique. Aïda de Verdi, en agitant son écharpe, « Lo lo, lo lo lo lo, lo lo, lo lo lo lo, lo lo, lo lo lo lo lo, lo lo lo, lo lo lo, lo lo… », ou La Lettre à Élise de Ludwig van Beethoven, « Allez Paris Saint-Germain, allez ! Allez, allez ! Allez, allez ! Allez Paris Saint-Germain, allez ! Allez, allez ! Allez, allez ! Lo, lolo lolo, lolo lolo, lolo lolo, Allez Paris Saint-Germain, allez ! Allez, allez ! Allez, allez. ». Plus pop, le disque d’or Can’t Take My Eyes Off You a sa simple adaptation. « Paris Saint-Germain, lo lo lo lo lo lo lo lo lo, Paris Saint-Germain, lo lo lo lo lo lo lo lo lo Paris Saint-Germain, lo lo lo lo lo lo lo lo lo. »

On reprend son souffle,
on réajuste son écharpe

D’aucun serait surpris de voir les Village People au Parc des Princes !! Et pourtant, chant de légende… Go West, Go Paris SG… « Allez Paris Saint-Germain, allez Paris Saint-Germain, Allez Paris Saint-Germain, allez Paris Saint-Germain ! » Plus fort, plus fort « Allez Paris Saint-Germain, allez Paris Saint-Germain, Allez Paris Saint-Germain, allez Paris Saint-Germain ! ». Le rock des Sixties et des Seventies ont le vent en poupe au Parc des Princes, là ou des monstres de la musique française et mondiale se sont produits. Le sous-marin jaune des Beatles n’y a jamais jeté l’ancre. Le sous-marin Rouge et Bleu, oui !! « Allez Paris, Allez allez allez, Allez allez allez, Allez allez allez… Allez Paris, Allez allez allez, Allez allez allez, Allez allez allez, Allez Paris, Allez allez allez, Allez allez allez, Allez allez allez,… »

Tout aussi populaire, mais d’origine plus franchouillard, l’échange de gestuelles entre Auteuil bas et Auteuil haut nous vient tout droit des Bronzés. Vous êtes prêts ? « La, la, la, la, la, la, la, la – La, la, la, la, la, la – La, la, la, la, la, la, la, la – La, la, la, la, la, la – La, la, la, la, la, la, la, la – La, la, la, la, la, la…. ». Question gestuelle, le Horto Magiko du Panathinaïkos est une référence. Ramené de notre dép’ à Athènes le 14 février 2007, il a de suite été adopté par le Virage (sans conserver les paroles prévues, lesquelles ne furent jamais assimilées, il faut tout de même le préciser !!!) Allez, tout le monde les bras en l’air… les bras en l’air… toute la tribune, les bras en l’air… la vague peut débuter « Allez Paris, Allez Paris, Allez Paris, Allez Paris Paris SG, Allez Paris, Allez Paris, Allez Paris, Allez Paris Paris SG, Allez Paris, Allez Paris, Allez Paris, Allez Paris Paris SG, Allez Paris, Allez Paris, Allez Paris, Allez Paris Paris SG… »

Le plus simple est parfois le plus efficace. « Allez Paris SG, ohé ! Allez Paris SG, oho oh ! Allez Paris SG, allez Paris SG, allez Paris SG, oho oh ! ». D’autres sont plus physiques. Retournez-vous, prenez vous par l’épaule, et c’est parti… « Po po lo po po, Po po lo po po, Po po lo po po, Po po lo po po. Po po lo po po, Po po lo po po, Po po lo po po, Po po lo po po,… «  On se retourne, et on ne lâche rien. « Allez Paris, allez Paris S-G, Allez Paris, allez Paris S-G, Allez Paris, allez Paris S-G !! » On reprend son souffle, on réajuste son écharpe, on enlève son tee-shirt, si ce n’est déjà fait…

« Lo, lo lo, lo lo lo lo lo lo lo, lo lo lo lo, lo lo lo lo, lo lo lo lo lo lo lo lo, P – S – G , … »

« Capitaine Raí, tu n’es pas, de notre galaxie, mais du fond de la nuit, Capitaine Raí, La, la la la la la la la, la la la la la la la, Capitaine Raí !! ». Hier, certains chantaient en l’honneur de ce grand capitaine, « C’est le plus beau des magiciens, c’est le plus grand des techniciens, c’est le plus beau des Brésiliens, c’est le plus grand des Parisiens. Raí, Raí », aujourd’hui, c’est un petit génie transalpin qui profite du même air « Italien et Parisien, le talent d’un magicien, Marco Verratti. » Des joueurs extraordinaires, au Parc des Princes, ce n’est pas nouveau. « Qu’un seul Joël Bats, il n’y a qu’un seul Joël Bats », aujourd’hui lyonnais, mais auparavant gardien de notre temple…

Son remplaçant eut aussi droit à sa chanson. « Il est libre Bernard, y en a même qui disent qu’ils l’ont vu voler !! ». Un de ses défenseurs eut droit à un hommage capillaire, un soir de blonditude !! « Oh Alain Roche, j’aime tes cheveux, oh Alain Roche, j’aime tes cheveux. » Et comme il était mon joueur préféré, voici un second hommage !! « N’oublie jamais, ce grand joueur, au si grand cœur, cet immense défenseur qui ne craint pas la peur, Magique Alain Roche, magique Alain Roche, Oh oh oh … » Son meilleur ami de l’époque, notre Magnifico, avait sa bâche à Auteuil, à côté de celle des Lutece Falco, ainsi que son chant. « David est magnifique, enflamme tout Paris, il va de ville en ville, transmettre son génie. David est magnifique… ». L’histoire continue, 20 ans après… « Cavani il va marquer, Cavani il va marquer » et immanquablement « Cavani il a marqué, Cavani il a marqué !! » « Allez Paris SG, Allez Paris SG…

Il fut un temps, de doux rêveurs chantaient sans trop y croire que « Nous serons Champions de France, car nous sommes les plus forts, nous serons Champions de France, face aux enfants du Vieux Ports… Marseille, Marseille, on t’e—-e !!! » Depuis, les qataris sont arrivés et les titres se sont enchainés. Hier, de ce virage orienté Porte de St-Cloud, résonnaient de puissants et impériaux « Kop Of Boulogne, Kop Of Boulogne, Kop Of Boulogne… » De trop longues années plus tard, un soir de 4ème sacre consécutif, les nouveaux résidents aléatoires de cette tribune lancèrent à la face de leur Président interloqué un « Liberté pour les Ultras, Liberté pour les Ultras, Liberté pour les Ultras !! »

Les chants font partie du patrimoine

La saison suivante, l’interloqué fut retors, offrant des Ultras retrouvés au peuple quémandeur. Labellisé sous l’appellation d’origine contrôlée Collectif Ultras Paris, ces néo-locataires du Virage Auteuil ont offert à leur Président passionné un nouveau chant, le fruit de six années de contestations hors Parc des Princes et hors parcage. « Paris S-G, tous ensemble on chantera, cet amour qu’on a pour toi, qui ne cessera jamais. Après tant d’années, de galère et de combat, Oh pour toi Paris S-G, on va se casser la voix, Oh oh oh oh, Oh oh oh oh, Oh oh oh oh, Oh oh oh oh. Paris S-G, tous ensemble on chantera… »

Tout comme le nom, le logo, les couleurs, le palmarès, les joueurs, … , les chants font partie du patrimoine d’un club, de l’identité d’un stade, de ses tribunes, de leurs supporters. Il est important de les renouveler, pour aller de l’avant. Il est surtout primordial de ne pas les oublier. Il faut les préserver. Il faut les dépoussiérer de temps en temps. Il faut leur faire prendre l’air. Il faut les chanter. Pour Paris.

« Et tout le virage chante, et tout le virage chante, PARISIEN ! PARISIEN !
Et tout le virage chante, et tout le virage chante, PARISIEN ! PARISIEN ! »

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Découvrez les articles de