Wissam CUP Virage PSG

Wissam

par

Il fait partie des figures du Virage Auteuil, et ce depuis le début des années 90. Membre actif du bureau du C.U.P, il assume aujourd’hui son passé sulfureux,
qui l’a amené des Dragon’s, aux Karsud en passant par les Tigris Mystic.
Il se confie dans Virage avec sincérité sur ses 30 ans de tribunes et de rue.

Depuis quand es-tu supporter du PSG et pourquoi ?

Je suis supporter depuis le début des années 90. J’avais 7 ou 8 ans. J’ai grandi dans le 94 à L’Hay-les-Roses après mon arrivée en France en 1985. Je jouais au foot, j’étais gardien de but. A cette époque-là, la référence c’était Joël Bats. Qui dit fan de Joël Bats, dit fan du PSG, donc ce fut automatique. De toute façon il n’y avait pas 50 Top gardiens en France. J’aimais le charisme de Bats, sa dégaine… Tout.

Ton premier match au Parc, c’est quand ?

Le 18 avril 1992. C’était un PSG-Saint Etienne. Je saoulais mon oncle, il n’en pouvait plus. Lui était fan de Monaco. Et un jour il me dit « Allez, je t’emmène toi et ton frère au Parc des Princes ». On y a été avec d’autres gars du quartier. Et là, Bam, grosse claque dans la gueule. J’avais 10 piges. J’arrive dans la tribune Auteuil en bleu. On a essayé de rentrer dans le bloc Supras, mais c’était impossible, blindé de chez blindé. On se retrouve au dessus de la bâche Lutece Falco et Incorrigibles Gaulois. Je pensais venir regarder Joël mais en fait j’ai passé 80% de mon temps à regarder à gauche, à droite, les capos qui s’agitaient, et le soir en rentrant avec mon frère et nos potes on se dit que c’est trop kiffant et qu’il faut qu’on y retourne. J’ai donc encore saoulé mon oncle. Je suis retourné au Parc pour la dernière de Joël Bats. C’était un PSG-Nantes (Ndlr : 1er mai 1992). Il y avait un gros tifo Batsman chez les Lutece, « Joël à jamais dans nos coeurs » chez les Boulogne Boys, des « Joël, Joël » tout le match… Et là je me dis que l’année prochaine, il fallait que je me mette dedans. L’année d’après donc, j’y suis allé avec mon frère qui était un peu plus grand que moi, et puis il y avait l’effet de groupe car on était 7-8 du même quartier. Nos parents respectifs se disaient que ça allait bien se passer vu qu’on était ensemble. La saison 1992-1993, on a fait tous les matches au Parc. On n’était pas abonnés. On permutait entre la Bleu et la Rouge à Auteuil. Quand on était en rouge on essayait de trouver des esquives pour aller en bleu car en rouge c’était mort. Mais fin 1993 deux groupes apparaissent en rouge : Les Dragon’s et les Tigris Mystic. On décide donc de rester en rouge. C’est à partir de là qu’on commence à prendre contact avec des leaders et c’est le début de notre rentrée dans le mouvement ultra.

Wissam CUP Virage PSG
Wissam (à gauche), début des années 90 © Collection personelle

Tu t’intéressais déjà au mouvement ? Car tu étais très jeune ?

Oui j’étais jeune et puis surtout c’était difficile d’avoir des infos. Il n’y avait pas internet. La seule façon d’apprendre c’était d’être proche des leaders et des noyaux durs. On n’était pas plus d’une vingtaine chez les Dragon’s ou les Tigris. Mais il y avait une connexion qui s’était faite. Ça a bien pris. Le mouvement ultra n’était pas encore à son apogée. Déjà le terme ultra à Paris n’était pas trop utilisé car ça faisait trop référence au CU84 de Marseille (Ndlr : Commando Ultra 84). On parlait plus de supporterisme.

Tu t’es carté chez les Dragon’s ?

Oui dès la première saison jusqu’à la fusion avec les Tigris. Mais c’est vrai qu’entre 1993 et 1997 j’avais envie d’aller voir ce qui se passait en face à Boulogne. Je voulais faire un match. J’en ai fait un et puis c’est tout. Quand je suis arrivé ce n’était pas très accueillant. Je n’avais pas mes repères et ce n’était pas l’ambiance à laquelle je m’attendais malgré un bon bloc BB85. Je suis retourné à Auteuil. Un des leaders d’Auteuil m’a dit : « Tu voulais voir, tu as vu ».

Tu as commencé à faire des déplacements ?

Mon premier c’était un Nantes-PSG. C’était en 1995 (Ndlr : 4 aout 1995). Pascal Nouma rentre, marque et prend un carton rouge. On gagne 2-1. Ce match m’avait marqué car les Karsud ou des indéps de Boulogne sont tous arrivés au stade avec un bob Perrier vert sur la tête et avec un message « Canaris à la sauce parisienne ». Je me rappelle aussi qu’il y a eu un orage et qu’on a fini torse nu dans le parcage. En 1996 j’ai fait le déplacement à Bruxelles pour la finale de Coupe des Coupes (Ndlr : 8 mai 1996). Ma pauvre mère n’en a pas dormi jusqu’à ce qu’on rentre à 6 heures du matin. J’avais 14 ans. « Le petit il est allé voir un match de foot à Bruxelles… ». On était parti en car de l’hippodrome d’Auteuil. Il y avait des cars de tous les groupes. C’était fou, c’était le feu. En plus, on revient avec la victoire…

Pascal Nouma met la pression au jeune Claude Makélélé à Nantes en 1995 © Icon Sport

Tu t’étais un peu renseigné sur ce qui se passait en Italie ou en Angleterre concernant le mouvement ultra ?

C’est surtout à partir de 1997 que je commence à m’y intéresser vraiment avec la fusion des Tigris et des Dragon’s. J’ai rencontré des personnes qui m’ont inculqué la culture et la mentalité ultra. Parmi eux Nico Chef des Tigris, Stéphane, Chouchou, Brice l’ancien, Alexmoche, Panagoal, Romain des Tigris. On était un petit groupe d’une quinzaine de jeunes à se former. De mon côté je ne suis pas resté qu’à Paris. Je suis parti à l’étranger car j’avais soif de cette culture. Il y a eu la case Italie qui était incontournable à l’époque. Mon petit coup de coeur c’était le Milan AC. Il fallait que je vois la Fossa dei Leoni, la Brigate Rossonere (Ndlr : groupes ultras du Milan AC). Un mec de Boulogne qui était proche du Milan Club Paris m’a dit qu’on pouvait avoir des places pour Milan-Inter. On a pris le train pour Milan. On débarque là bas et j’y reste deux jours. C’était l’époque où le Milan mettait des tartes à l’Inter. La journée se passe très bien. (Ndlr : 23 novembre 2002 – Victoire du Milan 1-0). A 11H00 du matin on décide d’aller à San Siro. On sort du métro et ça commençait déjà à chanter. On arrive à Curva Sud et là, Barbecue, grosse ambiance. Impressionnant. Un des responsables du Milan Club Paris connaissait des ultras italiens. C’était juste après le match PSG-Brescia (Ndlr : 7 aout 2001). Et comme Brescia et Milan étaient jumelés côté supporters, il ne voulait pas qu’on parle de PSG-Brescia. Il ne pouvait pas accueillir un mec qui avait volé la bâche de Brescia.

En plus j’avais été complètement impliqué dedans (rires). Donc on leur dit que j’étais dans la tribune en face. Les mecs de Milan sont un peu sceptiques, mais viennent nous parler. Ils m’offrent une écharpe, un bonnet. Et ils me font rentrer dans la Curva. Bim ! Grosse claque dans la gueule. L’ambiance. Ce que j’ai aimé c’est qu’il y avait une hiérarchie. Comme à Gênes ou à la Fiorentina où j’ai aussi été. T’as les vieux devant, les jeunes derrière, et les moins impliqués encore derrière. Mais tout le monde chante. Les mecs lâchent pas de tout le match. C’était ouf. Je remets ça pour Milan-Juve, pour Gênes-Napoli. Ce dernier il s’est fait à l’arrache. On était quelques Lutece, Tigris et Karsud en vacances dans le sud de la France. On a regardé le calendrier et on s’est décidé à y aller. Gênes et Naples étaient jumelés. On s’est dit que pour une fois ce serait un match sans tension. Les mecs de la Fossa Dei Grifoni nous regardent, captent qu’on était français. Ils nous demandent si on vient de Nice. On leur dit qu’on est Paris et ils nous parlent de Toulon avec qui on été jumelés et nous disent qu’il y avait des toulonnais pas loin. On a retrouvé des mecs des IRD93 (Ndlr : groupe de Toulon) pour le match.

Wissam CUP Virage PSG
Mikel Arteta résiste à Luca Toni de Brescia en 2001 © Icon Sport

Tu t’es servi de cette expérience à ton retour à Paris ?

Les Tigris ont été des précurseurs dans le domaine. Sur l’organisation et la logistique. Ils ont été le premier groupe financièrement autonome vis à vis du club. Ils avaient d’ailleurs une bâche marquée « Groupe autonome ». Tu ne pouvais pas te revendiquer ultra et être subventionné par le club. Les Tigris ont aussi été le premier groupe à avoir un local dans le 17ème à Clichy. Ça a changé la vie du groupe. On s’est tous rapprochés. C’était fin 1999. On faisait des soirées, il y avait les débuts d’internet avec IRC. On avait un mec qui gérait ça très bien dans le groupe. Ça a changé le mouvement ultra par rapport à l’époque des Sup Mag et des correspondants. Et puis les Tigris ont été les premiers à utiliser le terme ultra à Paris. La première fois qu’on a baché avec marqué ULTRAS DU PSG, les mecs d’en face (Ndlr : Boulogne) sont venus nous voir en nous disant qu’ici on n’était pas à Marseille. Mais on leur a expliqué qu’on faisait tous partis du mouvement ultra. Ça a mis du temps. Mais au final le terme s’est imposé dans toutes les tribunes. Il ne faut pas oublier aussi les Supras et les Lutece qui ont beaucoup participé à l’apogée du mouvement à Paris.

A ce moment-là, tu prends un peu plus de responsabilités chez les Tigris ?

Wissam CUP Virage PSG
Wissam en dép’ à Brescia avec les Tigris – 1995 © Collection personnelle

On a créé la Nouvelle Garde, la NG, Nuova Guardia en italien. On était une vingtaine de jeunes. Notre rôle c’était d’apporter un vent de jeunesse en Rouge. Et surtout notre mission était de recruter, de manière intelligente, en transmettant des valeurs aux autres générations. Les Tigris faisaient beaucoup fantasmer les jeunes. Tout cela m’a beaucoup apporté socialement. Personnellement j’ai refusé certaines responsabilités car je considérais que d’autres méritaient plus que moi. Une anecdote : un jour il y a une assemblée générale des Tigris. On vote pour le président et le vice président. A ma grande surprise je sors vice-président. J’ai regardé le Capo, et je lui ai dit que par respect, c’était à lui de l’être. Je ne pouvais pas sauter comme ça la hiérarchie et les générations. Je ne pouvais pas assumer. J’étais trop jeune pour ça. Les jeunes du groupe ont voté pour moi pour faire un petit contre poids, mais je n’étais pas encore assez formé.

Tu restes combien de temps aux Tigris avant de rejoindre les Karsud et pourquoi ?

De 1997 à 2001. Puis je rejoins les Karsud. Pourquoi ? Parmi la jeune garde, il y en a pas mal qui étaient intéressés par le délire de « la rue ». Il y avait le tournoi inter-supporters que les Tigris organisaient. Ils invitaient des groupes à faire un tournoi de foot sur 2 jours. C’était magnifique. J’ai passé des supers soirées avec des Lorientais, des Auxerrois, des Nancéiens… Et lors de l’Euro 2000 on arrive sur le parking du tournoi. Il y avait un ancien Tigris passé Karsud avec qui on était restés très proches. On était 3 Tigris de notre côté. Le mec nous dit « Hey les gars y a Allemagne-Angleterre ce soir à Charleroi et nous on est là pour jouer à la baballe, vas-y on y va ! ». (Ndlr : 17 juin 2000) On se regarde et on se dit banco on y va ! On monte dans la voiture et on se fait Paris-Charleroi. Sur place il y avait toute la panoplie hooligans anglaise-allemande qui était placée chacune de son côté dans Charleroi. On avance un peu et on entend « Paris, Paris ! ». C’était des mecs de Boulogne qui nous avaient reconnus. Parmi ces mecs, il y en avait un qui habitait dans ma ville. Du coup on parle et il me dit « Qu’est ce que vous faites ici, y a pas de drapeau aujourd’hui, là c’est la rue ». Je lui dis « pas de soucis ». Et là, première charge des anglais avec en première ligne Boulogne et Auteuil !

Wissam CUP Virage PSG
Grosse ambiance à Charleroi en 2000 © Icon Sport

On était avec des Hools de Sheffield. Les mecs nous avaient demandé d’où on venait : « Paris ? That’s fine, OK ». On éclate les allemands et les keufs. On n’a pas vu le match. Il y avait plus d’anglais dehors que dans le stade. On a fait des charges, des contre-charges. C’était la première vraie bagarre dans la rue à laquelle je participais. C’était le summum du hooliganisme à l’époque. A la fin de tout ça, les mecs de Boulogne nous disent « Respect les gars, maintenant on va faire des trucs ensemble ». On rentre à Paris, on fait quelques matches avec eux. Les leaders des Tigris nous demandent de faire attention. Que la rue ce n’est pas pour nous sauf si il faut défendre le groupe, par exemple contre Marseille. Et ils nous disent « Faites ce que vous avez à faire mais un jour ça va se retourner contre vous ». On crée des liens avec des firms de Boulogne. On commence à faire les 400 coups avec eux. On ne pouvait plus se voiler la face. Notre délire à présent c’était plus la rue. On passe alors chez les Karsud.

Comment sont nés les Karsud ?

C’était une section des Supras à la base. Le nom vient du fait qu’ils étaient souvent au fond du car sur les déplacements. Leur symbole, la citrouille, même des leaders de l’époque ne savent pas pourquoi ce choix. En tout cas le groupe est fondé vers 1994, 1995 je ne sais plus trop. Ils sont devenus autonomes vers 1995. Le premier déplacement que je fais avec eux c’était à Lens. Il y avait une rivalité entre les Tigers de Lens et les Karsud car les Karsud leur avaient volé une bâche. J’étais dans la voiture avec des anciens Karsud dont le regretté Mono. Ils m’ont raconté que malgré le fait qu’ils trainaient dans la rue, ils avaient des valeurs. On arrive à Lens. On tombe sur les Tigers, on les éclate. Et voilà. Ça s’est fait comme ça. Je suis resté aux Karsud jusqu’à la création du CUP. De 2001 à 2016. 15 ans de ma vie à être dans la rue et en tribune quoi. Jusqu’au conflit entre les Tigris et les Karsud je n’ai pas oublié d’où je venais. Malheureusement les choses ont fait que ça s’est envenimé. Il y a eu un changement de génération. Il faut dire aussi qu’on a fait, que j’ai fait des trucs pas bien. Il faut dire ce qui est. Je le regrette aujourd’hui mais j’assume. Je me suis embrouillé avec des mecs qui étaient des proches, qui m’ont mis le pied à l’étrier, avec qui j’ai participé à des mariages, des naissances… Tout ça pour un quiproquos. C’est regrettable.

Les Karsud avait cette réputation de « gendarmes d’Auteuil ».

Oui, on nous appelait la police d’Auteuil. Les gens avaient un certain respect pour notre groupe. Et on avait aussi un respect mutuel pour tout le monde. Et comme on était dans le délire de la rue, on nous a collé cette étiquette de gendarmes.

Le groupe existe toujours ?

Oui mais ils vivent en marge du Parc des Princes.

Quel regard tu portes sur les événements de 2010 ?

Quand on a vu l’ampleur que ça a pris, et comme on était extérieur au truc, on n’est pas intervenu. Avec le recul, je me dis qu’on est tous fautifs. Mais il faut se rappeler que les gamins d’Auteuil se prenaient des claques par Boulogne sur les déplacements. En plus des insultes racistes. A un moment donné, ils ont voulu se révolter mais il fallait faire la part des choses. Et de notre côté on trainait avec Boulogne. On nous a donc mis dans le même panier. On a perdu des amis. Et pourtant avec les Karsud on avait pu fédérer les groupes sur de belles causes comme la campagne contre la mucoviscidose. Je ne comprends pas comment on a pu en arriver là parfois.

Parlons de choses plus positives, quelle animation et ambiance t’ont marqué au Parc ?

Wissam CUP Virage PSG
Marco Simoné face au Virage Auteuil – PSG STEAUA 1997 © Icon Sport

Celle qui m’a le plus marqué c’est celle pour les 15 ans des Supras (Ndlr : En 2006). Quand j’ai vu ça je me suis dit « là ils ont mis la barre très très haute ». C’était fou, détaillé, le summum. En terme d’ambiance ça reste PSG-STEAUA BUCAREST (Ndlr : 27 aout 1997). J’étais survolté, en short, torse nu sur le poteau à gueuler comme un malade mental.

Et un déplacement ?

Après 30 ans de tribune j’en ai beaucoup, mais le Marseille-PSG, quand on les tape avec Ronnie en 2003. Avec le 3-0. Il ya eu aussi un déplacement à Milan où on est resté bloqués en voiture 5 heures dans la neige dans les montages et qu’on a failli rater le match. Mais les deux déplacements les plus symboliques pour moi, c’est un Monaco-PSG, la première année où les toulonnais bâchent avec les Tigris, car en terme de jumelage c’était important, d’ailleurs ce jumelage existe toujours aujourd’hui. Le deuxième c’est à Brescia (Ndlr : 21 aout 2001) où c’est super en terme d’ambiance. Hélas au retour il y a Seb des Boys qui décède dans un accident de voiture. Mais c’est comme ça.

Revenons sur 2010, comment ça se passe pour les Karsud ?

On n’était pas une association déclarée, donc on ne pouvait pas se dissoudre. Mais on était prêt à aider les leaders des groupes contestataires : Jeremy Laroche, Mickael Tommasi. On ne les a pas lâchés. On voulait récupérer notre tribune. C’est à ce moment-là que j’ai compris que c’était malsain coté club. On a fait une réunion entre les leaders des groupes et Robin Leproux, Jean-Philippe d’Hallivillée et leurs équipes. Leproux nous regarde droit dans les yeux et nous dit que le plan ne va durer que quelques mois le temps de calmer les choses. On a vu après qu’il nous l’a mise à l’envers. Quand on a vu que c’était bloqué, on a dit à Jeremy que dans la mesure du possible on participerait aux manifestations. Perso ça me tenait à coeur, je ne pouvais pas lâcher le virage comme ça. Mais comme ma tête était connue par les autorités, j’ai mangé plus que les autres. On m’a écarté de façon judiciaire ou administrative assez souvent. J’ai pris 11 interdictions administratives et 2 judiciaires, là tu comprends qu’ils t’en veulent. Et ce n’était construit sur aucune base solide. La première interdiction, le motif c’était : « Fréquente des membres de la tribune Boulogne ». Voilà. A chaque fois c’était pareil. Ce n’était plus possible. Et je n’étais pas le seul dans ce cas-là. Donc pas facile de soutenir le mouvement mais ils ont fait un travail monstre. Côté Karsud on continuait cependant notre délire de la rue.

Quand décides-tu de quitter les Karsud et pourquoi ?

C’est déjà un travail que j’ai fait sur moi-même. Quand j’ai eu ma première fille, je me suis dit qu’il fallait que je commence à mettre le frein à main. Malgré ça, je n’ai pas trop ralenti. Des arcades pétées, le crâne ouvert… A ma deuxième fille là je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me calme. En puis en 2013, lors des incidents du Trocadero pour la célébration du titre de Champions de France, la police a voulu taper toutes les têtes connues. Un matin très tôt, je suis sur la route du travail, je reçois un coup de fil, numéro inconnu. C’était la police qui me convoquait chez moi immédiatement en rapport avec une affaire judiciaire qui me concernait. C’était pour le foot bien sur. Je reçois déjà des messages qui me disent que un tel a été interpellé, l’autre, la police a cassé la porte de chez lui etc… J’arrive en bas de chez moi et je vois deux policiers devant. On monte et là ils me disent que c’est lié au Trocadero. Je n’avais rien fait. J’ai même aidé ce jour-là une petite fille et sa mère qui se sont retrouvées au milieu des jets de projectiles. Ils me disent qu’ils ont des photos et des vidéos. Je trouve ça bizarre car ce jour-là je n’ai pas mis une seule claque. Ile me demandent de faire une perquisition et me demande de leur ramener « le » masque. Et là je me rappelle d’un truc. Un pote avait ramené un masque de moto. Il me l’avait prêté, je l’ai mis quelques secondes, et ils m’ont pris en photo à ce moment-là. Genre il se masque pour faire des incidents.

Wissam CUP Virage PSG
Wissam lance les chants au Trocadero – 2013 © Collection personnelle

Je leur explique, rien à faire, on va au commissariat. Et là en arrivant je vois 10 mecs comme moi. Je me dis d’accord. 24 heures de garde à vue, on part au dépôt, comparution immédiate. Mon avocat me dit qu’ils n’ont rien contre moi, juste une photo de moi en train de faire le capo avec le masque. Mon tour arrive, je passe devant la procureur et le juge. J’ai déglingué tous les argument du procureur un par un. Verdict, j’ai été acquitté. Le procureur fait appel. J’y retourne quelque mois plus tard. C’était un autre procureur. Une femme. Et elle vient me voir et me dit « on a annulé l’appel, car on ne sait pas ce que vous faites dans ce dossier ». Bref de façon indirecte, ils ont tout fait pour nous dégoutter. Il faut dire qu’à la fin tu devais signer en tant qu’interdit de stade pour tous les matches des clubs d’Île de France. PSG, Red Star, PFC… Tu te pointais au commissariat au début du match, à la mi-temps, à la fin du match. Au bout d’un moment c’est bon ça va… Ça a fini par vraiment me calmer. Et puis j’avais envie de sauver le mouvement ultra à Paris. On ne pouvait pas laisser l’héritage d’Auteuil tomber comme ça. Dans les années 2000 j’avais déjà proposé de monter un collectif pour regrouper tous les groupes d’Auteuil afin d’être autonomes. Donc j’ai ressorti cette idée aux leaders des groupes vers 2015 (Ndlr : Microbes, LCC, Parias, K-Soce Team, Karsud, LPA, Nautecia). L’idée a fait son chemin, puis on a fait une réunion et voilà. Le CUP était né. Ce n’était pas facile au début mais il y avait cette envie commune de faire avancer le truc. Et d’avoir un poids face au PSG. On en a fait des matches de merde, des jubilés, des matches de gala…

Aujourd’hui quel est ton rôle dans le CUP ?

Je suis toujours dans le bureau, je m’occupe de la communication, je donne mon avis, j’aide dès que je peux comme tous les autres membres et je représente le CUP au niveau de l’ANS (Ndlr : Association nationale des supporters). Je crois que les gens ne se rendent pas vraiment compte de tout ce que ça implique comme mission. Beaucoup se revendiquent ultras aujourd’hui et considèrent qu’il suffit de venir aux matches ou d’être derrière son réseau social. Ultras c’est tous les jours. Quand j’ai commencé aux Tigris, c’était toute la journée. Avec les valeurs et les principes qui vont avec.

Tu trouves que ces valeurs disparaissent actuellement ?

Ce n’est pas qu’elles disparaissent mais j’ai l’impression que les jeunes n’ont pas la même envie de découverte que nous à l’époque. Mais les leaders jouent un rôle important. 

Tu ne crois pas que c’est aussi le statut du PSG qui fait que les choses ne sont plus les mêmes.

Le PSG a pris une autre dimension c’est vrai. On a des supporters « caviars » aujourd’hui. Pour eux, un nul c’est comme une défaite. OK on a des ambitions. Et je ne vais pas tenir le discours de vieux du genre : « nous dans les années 2000, on prenait même les matches nuls ». Je peux comprendre leurs attentes mais il faut être raisonnable. Il faut savoir profiter. Le Qatar est dans une région géo-politiquement instable. Demain il se passe un truc grave là-bas, fini le PSG. Peut être aussi que le fait que le club ait pris une telle dimension fait qu’on a l’impression que les choses nous échappent, à nous les mecs présents au début des 90’s.

Vous étiez plus nombreux à ton époque à vouloir vous impliquer à 100% ?

Oui. Car les gens n’avaient pas les réseaux sociaux. Donc pour vivre ta passion, il fallait la vivre en vrai et pas derrière un écran. On est dans le paraitre. On s’habille adidas, Stone Island, mais ce n’est pas l’habit qui fait le moine. Ce n’est pas ça qui a fait l’homme que je suis. Ils n’ont pas cette soif d’apprendre et de découvrir. C’est plus difficile de faire passer ces valeurs quand tu n’as pas de groupe comme c’est mon cas, mais chaque leader du CUP se doit d’accomplir cette mission et est conscient du travail qu’il y a à faire. Les jeunes doivent apprendre les valeurs ultras, le respect, car tu peux ne pas supporter la même équipe ou ne pas être du même groupe, mais tu peux avoir du respect et les mêmes valeurs. A part James, il ne doit pas y avoir beaucoup de leaders qui ont été capables de faire ce travail de rassemblement. Il faisait l’unanimité à Paris. James, c’est la figure en 2010 qui a changé la vision ultra à Paris par sa persévérance au niveau parisien, et national via l’ANS. S’il n’était pas hélas décédé, il aurait amené aussi sa patte dans le mouvement européen. Aujourd’hui je fais partie des représentants du CUP à l’ANS. Quand je suis arrivé la première fois à une réunion ANS, les leaders des autres groupes français se demandaient si je ne m’étais pas trompé de salle. Tout ça pour te dire que tu peux avoir fait des conneries mais tu peux changer. Le midi j’ai discuté avec des leaders bordelais ou stéphanois et on se souvenait du passé, mais on a pris de la bouteille, on a changé depuis. On oeuvre pour une cause nationale.

Wissam CUP Virage PSG
Devant le VA © Virage

La rue ne te manque pas ?

Non. Même si on peut toujours être un peu nostalgique. Mais je sais que si un jour je tombe sur des mecs sur une autoroute… Ben voilà. Ou qu’on se fait emmerder par 40 mecs alors qu’on boit un verre tranquille. Je ne vais pas rester assis à ne rien faire.

Comment tu vois le futur du CUP ?

Romain Mabille dans son interview dans Virage disait qu’il fallait combattre les égos au sein du Collectif. Et bien ce sont les mêmes problèmes qu’on avait à l’époque entre les groupes à Auteuil et face à Boulogne que je ne veux pas revivre au sein du CUP. C’est super dur à gérer et respect à Romain pour tout ce qu’il a fait. Les leaders doivent faire passer le message à leurs gars de moins penser groupe et plus collectif. C’est l’union qui fait la force. Pour remédier à ça il faut un travail au quotidien. Il faut parler, expliquer aux gens que c’est unis qu’on avancera. Qu’est ce qui se passe si un jour un groupe fait de la merde dans son coin et que ça a des conséquences pour tout le monde et le CUP. Tu les lâches ? Tu ne peux pas si ils font partie du collectif. Donc faut assumer. Chaque acte, chaque communication a des conséquences. Il faut en avoir conscience à tout moment. Le PSG ne laissera pas une deuxième chance aux ultras en cas de dérapage. Après tu as des aspects super positifs : En déplacement, nous sommes une référence. On retourne les stades français et européens. C’est une des forces du CUP. Tu as aussi les autres entités du PSG : Les féminines et le handball. Qui en France peut aujourd’hui se vanter d’avoir des ULTRAS dans ces domaines. La relation avec ces 2 entités est née pendant la contestation et se poursuit aujourd’hui. Les LCC / LPA / NTC et les UP17 sont attachés à ces entités. 

Tu trouves que la position du CUP est encore fragile vis à vis du club ?

On fait en sorte de garder nos principes et nos valeurs. Ce n’est pas évident devant des dirigeants qui voient les choses en grand. Mais avec des personnes comme Mika, Romain (aujourd’hui Bobo à sa place)  et Cyril Dubois (notre avocat) on fait passer le message qu’il y a des choses pour lesquelles on ne pourra pas laisser passer : Maillots Hechter etc… Ce n’est pas facile mais depuis le début tu as des gens qui font un travail monstre. Aussi parfois on fait de la merde. Car certains veulent se prouver des choses alors qu’on n’a rien à se prouver sur certains points. On repart de zéro comme en 1991 et la création du Virage Auteuil. Or pour moi la création du CUP fait référence à cette période où on partait de rien. Même si il y a des anciens, avec la nouvelle génération d’aujourd’hui c’est plus dur. Internet et les réseaux ne font pas du bien au mouvement. Je reste optimiste. Peut être qu’il faut repartir sur une philosophie où la qualité prime sur la quantité. Peut être qu’il faut faire le ménage au CUP pour avoir des gens vraiment déterminés pour faire avancer les choses. On a toujours su faire le ménage à des moments opportuns dans le mouvement ultra parisien. Tout le monde n’a pas la même opinion que moi dans le bureau mais c’est la base du mouvement. Surtout en période de Covid. On a organisé des tifos pour Barcelone et Munich au Parc, on essaye d’impliquer les gars, de les faire venir. Surtout ceux qui sont motivés. Le jour où on pourra revenir au Parc, j’espère que ce sera tous ensemble. Si c’est 60% du Virage qui est autorisé à revenir, je ne pense pas y aller. Pour moi c’est tout le monde ou personne. Ça fait partie de ma culture : Cohérence et mentalité.


Xavier Chevalier

Laisser un commentaire

Découvrez les articles de